152.jpg

J’ai conscience que je suis semblable au soleil : un cœur ardent qui ne s’attarde pas dans le passé et qui ne s’inquiète pas du futur… un cœur ardent qui sait étendre ses bras de feu et se saisir avec autorité des rênes du temps… Si le temps veut devenir comme un labyrinthe sous mes pas, si le temps veut s’envoler à la manière de ces papillons de nuit qui essaient de fausser toute prévision de trajectoire, et qui semblent sauter d’une idée à l’autre… je frapperai du pied sur le sol, et je ferai résonner des vibrations qui viennent de la nuit des temps… Et alors, le temps convergera de nouveau entre mes mains, comme une rivière qui se jette dans le lit que lui fait l’accueil de la terre…

Lire la suite

151.jpg

L’Amour est-il devenu dans votre cœur : un feu solaire qui ne répond à aucune ombre, et qui éclaire avec des flammes grandes et puissantes jusqu’à faire le jour dans vos sommeils et dans vos soupirs ? L’Amour se tient-il dans votre main, comme l’étoile brillante dans la main du destin… comme la foudre sauvage dans la main d’un dieu… comme l’argile verte dans la main du seul artiste qui soit descendu dans les entrailles du monde pour en ramener le feu ardent… ? L’Amour est-il semblable à l’explosion de la foudre au bout du sentier… quand votre chair et quand votre souffle se suspendent en un instant pour admirer la puissance aveuglante de la lumière ? Comment votre poitrine recevra-t-elle le feu descendant du ciel, s’il n’y a pas déjà un feu dressé dans votre cœur ?

Lire la suite

150.jpg

Au-delà de toutes les joies, se trouve la Joie au sein de laquelle le cœur tressaillit quand l’âme rencontre le visage de l’Éternité… Mais qu’est-ce que la rencontre avec le visage de l’Éternité ? Vous êtes en face de l’abime et vous vous mouvez aux abords du gouffre, quand vous tournez le dos à l’Éternité, en croyant trouver la permanence dans l’éphémère… en croyant saisir les sables du temps quand vous soulevez le sable des plages… Peut-être irez-vous loin dans les déserts, dans l’espoir de trouver le trésor sous la dune la plus haute, en rêvant que les rayons du soleil matinal déposent des flocons d’or dans les dunes blondes… Où que vous alliez, votre cœur se souviendra seulement du Ciel, et au-delà du Ciel, votre cœur se rappellera le visage de l’Éternité…

Lire la suite

149.jpg

Si vous voulez développer la sérénité, vous devez comprendre qu’elle ne découle pas de l’abandon et du relâchement… Si vous abandonnez la perspective de développer encore et encore votre force intérieure, vous n’atteindrez jamais ces hauteurs au sein desquelles vous savez vous tenir dans la tempête, et ressentir la brise la plus légère et la plus espiègle au milieu du déchaînement des grandes énergies de la vie… Et si vous faites du relâchement : une philosophie de vie, vous ne comprendrez pas pourquoi seul le courage d’un lion et seule la fougue d’un éléphant, peuvent révéler la beauté de la savane et de la forêt… Vous ne vivez pas dans un désert… vous vivez au milieu d’événements et de contraintes qui ne se demandent jamais si vous êtes prêt… et la vie autour de vous n’est pas un train qui passe au loin sans vous attendre, elle est un souffle qui ne passera pas sans vous avoir soulevé…

Lire la suite

 

 

Copyright © Groupe de travail pour l'Éveil du Cœur avec Cyrille Ndong Assou
Tous droits réservés.